Fondateur

Le Praticien en Massages bien-être

Massage bien-être Shiatsu sur un Tatami

Massage bien-être Amma Japonais sur une Chaise Ergonomique

 

Massage bien-être Californien sur une Table de Massage

Je m’appel Georges RAD, suis né le 24 mai 1958 en Afrique de l’Ouest à Dakar au Sénégal.

Après un demi siècle d’existence et d’expériences personnelles et professionnelles diverses : Expert d’Arts Martiaux et Expert en Self-défense (www.eiko-artsmartiaux.com), Praticien en Massages bien-être.

J’ai décidé de lancer mon auto entreprise dans le bien-être du corps et de l’esprit à domicile et en entreprise, et qui se nomme : ICIJOMASS « l’ennemi du stress ». Cette nouvelle aventure, me permet de vous offrir des prestations de services en Massages bien-être et en Self-défense.

Je suis heureux de vous apporter toute la richesse de mon savoir et de mes expériences, afin d’atteindre un bien-être total du corps et de l’esprit.

ICIJOMASS « L’ennemi du stress », est une marque déposée à l’INPI le 29 novembre 2011, sous le numéro national 113877876.

MON PARCOURS DANS LES MASSAGES BIEN-ETRE

Praticien en massages bien-être, certifié le 13 octobre 2011 par l’Ecole des Spas et Instituts de Paris (ESI), qui a changé de nom en 2017 et s’appelle aujourd’hui : Ecole Internationale du SPA

Membre de la Fédération Française de Massages Bien-Etre (FFMBE). J’en deviens praticien agréé le 18 mai 2012.

Toutes ses expériences ci-dessus m’ont amené tout naturellement à évoluer et à me pencher sur les techniques de massages de relaxation et de bien-être qui au regard, de leurs manœuvres, positions,  déplacements et respirations, sont le prolongement naturel des arts-martiaux. En Asie, chaque Maître d’arts-martiaux maîtrisait au minimum une technique de massage, comme entre autres le Shiatsu ou le Tuina.

Pour atteindre mon nouvel objectif, je me suis inscrit dans l’une des meilleures écoles privées en France « Ecole des Spas et Instituts de Paris 75003 » et suivi durant un an, le cursus de formation professionnel du parcours de la main d’Or, session 2010 / 2011. Après une motivation et une détermination hors du commun, j’ai réussi l’examen final avec grand succès et reçu les certifications des dix massages-bien-être du monde suivants : Suédois, Californien, Ayurvédique, Amincissant, Réflexologie Plantaire, Wave, Amma, Shiatsu, Thaï, Coréen.

Durant cette année de formation, j’ai eu la chance de masser plus de quatre cent personnes en situation professionnelle, dont 80 % de femmes et 20 % d’hommes, qui m’ont toutes et tous apporté une expérience indescriptible et non négligeable dans ce nouveau domaine, comme par exemple : les clients du spa des élèves de l’association Au24 à Paris 3ème, les visiteurs du stand de l’école ESI au congrès mondial de l’esthétique 2011 à la porte de Versailles et les coureurs du marathon de Paris 2011 du stand Laurette Fugain.

Depuis novembre 2011, toutes les missions bien-être que j’ai faite en tant que professionnel sur mes clients et clientes, m’ont permit de perfectionner toutes les techniques acquises et de créer avec mon expérience des arts-martiaux et la sécurité du corps humain, deux protocoles de massages bien-être pour les femmes enceintes, qui ont de plus en plus de succès aujourd’hui, à savoir : Le Prénatal et le Postnatal.

Remise du Diplôme de la Main d’Or E.S.I. par Sandra KENNOU et Sophie MEYER

Le Diplôme et la Main d’Or 2011

L’Agrément 2018/2019 de la FFMBE

Vidéo ICIJOMASS – Création du Tonfa Massage

______________________________

 

Le Coach en Self-Défense

Georges RAD Senseï

Coaching en entreprise entre 12h00 et 14h00
Explication d’une technique de saisie aux poignets

Démonstration et application de la technique de saisie aux poignets

MON PARCOURS DANS LES ARTS MARTIAUX

Expert en Art-Martiaux depuis plus de quarante-cinq ans et diplômé d’état, je découvre les arts-martiaux en 1970 à l’âge de douze ans par le karaté japonais des styles Shotokan puis Wado-Ryu, avant de redécouvrir en 1978 à l’âge de vingt ans via un grand Maître d’Okinawa, le karaté d’Okinawa de style Shorin-Ryu et le Kobudo d’Okinawa, disciplines que je pratique et enseigne toujours à ce jour au travers de mon école EIKO.

Curieux et avide de découverte, je parfaire mes connaissances en étudiant en plus les techniques de self-défense Chinois « Chi-Na » de l’école de Maître Yang Wing Ming, puis vais créer personnellement un programme spécifique de Tonfa « Police », pour les personnes de la sécurité public et privée. Ses deux dernières disciplines m’ont permis de m’occuper durant quelques années des groupes d’interventions suivants : Police Municipale, Police Nationale, BAC de Nuit de Paris, BAC de Nuit de Nanterre, Agents de sécurité du Métro et Agents de sécurité privé.

Depuis plus de trente-cinq ans, je transmets ma passion et mon enseignement aux personnes de 6 ans à 65 ans, afin de leur apporter, confiance en soi, maîtrise de soi, sécurité et bien-être du corps et de l’esprit. Ce qui m’a valu de recevoir en 2006 des mains du Député Maire de Levallois-Perret, Monsieur Patrick BALKANY, la médaille de bronze du ministère de la jeunesse et des sports en récompense de toutes mes actions menées dans le domaine du sport aux services de nos concitoyens en France et en particulier à Levallois-Perret durant vingt-deux ans en tant que directeur technique des arts martiaux.

Pour avoir plus d’infos sur les arts-martiaux, je vous invite à consulter le site Internet de mon école international d’arts-martiaux au www.eiko-artsmartiaux.com et Facebook eiko.

Vidéo EIKO-VISION – Bande Annonce de la Self-défense

Vidéo EIKO-VISION – Bande Annonce du Karaté Shorin-Ryu D’Okinawa

Vidéo EIKO-VISION – Bande Annonce du Kobudo D’Okinawa

______________________________

 

Le Coach en Gym Energie


Georges RAD Senseï

Fondateur de l’école d’arts martiaux EIKO, j’ai commencé les arts martiaux à l’âge de 12 ans, à 59 ans, je cumule déjà 47 années d’expériences professionnelles dans les arts martiaux traditionnels japonais, en karaté et kobudo d’Okinawa.

Les arts martiaux d’Okinawa ont été développés avec une forte influence Chinoise à partir du seizième siècle, via plusieurs facteurs de transmission, à savoir : des familles chinoisent venues s’installer à Naha, des Okinawaïens partis étudier les arts martiaux en Chine et en 1683, des missions diplomatiques chinoises avec l’expert en Kung Fu, Wanshu. A partir du dix-septième siècle, via le moine Chinois Peichin TAKAHARA et le Maître Chinois Kwang-Shang-Fu (Techniques de combat beaucoup plus élaborée avec entre autres, un travail spécifique sur l’énergie interne et imprégnée d’enseignement philosophique qui était le produit de l’ancienne culture de la Chine).

Les années passent, je prends de l’âge comme tout le monde. Depuis près de dix ans, j’intègre chaque jour un peu plus dans mon travail les principes de base du Tai-Chi.

À l’aune de mes 60 ans, je souhaite ouvrir un nouveau département dans mon école d’arts martiaux EIKO qui aura pour nom : « EIKO Gym Energie ».

J’y développerai des exercices de type Tai-chi, en m’inspirant des éléments suivant :

  • La richesse technique de mon expérience martiale
  • La pluralité de mon expérience en Massages Bien-être
  • Mon savoir-faire professionnel acquis tout au long de ma vie
  • Les principes fondamentaux du Taï-chi-Chuan (mouvements lents favorisant la respiration et la concentration; harmonisant le corps et l’esprit) discipline issue des arts martiaux internes et techniques de combat ancestrales Chinoises.

Ainsi, ce nouveau département viendra compléter les quatre autres déjà existants à savoir : Le Karaté Shorin-Ryu D’Okinawa, le Kobudo d’Okinawa, la Self-défense (EIKO Défense) et le Tonfa Police.

J’ai toujours, dans ma vie personnelle et professionnelle, souhaité œuvrer pour la bienveillance des personnes… Ce nouveau programme « EIKO Gym Energie » permettra de participer, à mon humble niveau, à l’élan de solidarité nationale sur l’amélioration du bien-être du corps et de l’esprit des Seniors, des adultes, des personnes fragiles et/ou en situation de handicap…, des personnes souffrants de maladies chroniques (cancer, diabète, etc…), répondant ainsi aux attentes psychiques, mentales, physiques et sociales des pratiquants.

______________________________

 

Remerciements

Je dédie mon site internet ICIJOMASS à tous les apôtres et maîtres du massage des temps passés, depuis plus de 5 000 ans :

* Égyptiens pharaoniques élèves d’Imhotep (2 800 ans avant J.C.),
* Hindous Ayurvédiques,
* Chinois des Tao-Tsée (700 ans avant J.C.),
* Tibétains,
* Japonais,
* Grecs élèves d’Hippocrate (450 ans avant J.C.),
* Romains élèves de Galien (130 ans après J.C.),
* Suédois élèves du Docteur Zander (1850) et de Thure Brandt,
* Finlandais,
* Allemands,
* Russes,
* Français (Docteur Estradère de Cauterets, médecin masseur célèbre),
* Iranien (Docteur Avicenne, prince des médecins, qui massait ses clients des mains et des pieds en l’an 1 000 après J.C. à Bagdad).

Je tiens aussi à remercier personnellement et du fond du coeur :

Tous les intervenants de l’école des spas et instituts de Paris (E.S.I.), pour leur patience, leur motivation, leur transmission du savoir, leur compréhension et ceux dans un esprit de convivialité, de sérénité et de passion.

Monsieur Jonathan FIDI (Web-designer professionnel), pour la transmission de son savoir dans le domaine du développement de site Internet.

Ma défunte Grand-Mère ROSE âgée de 98 ans qui a été une deuxième Mère, un soutien indéfectible pour cette formation et une bibliothèque d’un savoir ancestral. Elle nous a quittés, le 15 août 2011.

Toute ma Famille, Amis et Élèves pour leurs soutiens indéfectibles…

Le Fondateur : Georges RAD

______________________________

 

Histoire du Massage

ORIGINE DU MASSAGE

L’origine naturelle du massage, remonte à mon avis depuis que l’homme existe sur la terre et qu’il ressent des douleurs sur son corps, car par réflexe sensoriel, quand il a mal à un endroit précis, il pose toujours sa main à cet endroit et utilise instinctivement sans le savoir quelques gestes issus des sept manœuvres officielles de massage, à savoir, des frictions pour une action sur la peau et le système nerveux, des pressions pour une action sur les points réflexes et les fluides, des percussions pour une action sur les muscles et le système nerveux, ou des glissées pour une action sur la peau, le système nerveux et le drainage des liquides, afin de se soulager au niveau de la douleur.

Le Fondateur : Georges RAD

L’origine historique du massage, remonte à l’antiquité, près de 3000 ans avant Jésus-Christ. Les peuples de l’inde, de la perse, de l’Egypte et du japon en vantent les mérites dans leur littérature. Les Chinois l’ont utilisé très tôt en le combinant à des exercices physiques et respiratoires. D’ailleurs, les trois plus anciennes méthodes thérapeutiques chinoises sont l’acupuncture, le moxa et le massage. En Inde, c’était même un devoir religieux que de s’astreindre à une certaine abstinence, aux bains, aux frictions et aux onctions.

Plus tard, les grecs, intéressés par la beauté et l’éducation physique pratiquèrent le massage à tous les niveaux de la société, du praticien à l’esclave, dans des buts divers, notamment : la détente après les bains, l’assouplissement des tissus, l’accélération d’une convalescence, pour la préparation et après les épreuves de force des lutteurs et pour régénérer le corps ou soulager les douleurs après les jeux des gladiateurs. Dans les gymnases et dans les palestres, il était de tradition de faire suivre un bain d’une bonne friction avec les huiles.

Chez les romains, le massage n’avait pas de connotation scientifique. Il se pratiquait plutôt dans les thermes, lieux publics constitués de jardins, stades, promenades, salles de repos, gymnases et ateliers de massage. Mal fréquentés, ces lieux se transformèrent en lieux de débauche. Ceci contribua à la mauvaise renommé de tout ce qui touchait à la pratique des soins corporels qui furent bientôt associés aux mœurs douteuses. L’influence de Rome, un des plus brillants empires de l’histoire, se répandit sur tout le continent. Au moyen-âge et durant le majeur parti de la renaissance, le massage ayant acquis une très mauvaise réputation est proscrit par la totalité des clergés qui en interdirent la pratique en incitant plutôt le peuple à se tourner vers la prière.

Au 16ème siècle, les médecins en défendent l’usage et le massage abandonné tombe dans l’oubli. A la fin de la renaissance, les médecins outrepassent leurs préjugés et réinstaurent la pratique du massage et de la gymnastique. Il y a une évidence scientifique dans l’art du massage tel que pratiqué de temps d’Hippocrate. D’ailleurs, il est le premier à en discuter les qualités et les contre-indications. Galien, chez les Romains, en parle dans ses traités de médecine. Ambroise Paré, père de la chirurgie, utilise le massage chez certains opérés incapables de faire des exercices.

Au 17ème siècle, après la découverte de la circulation sanguine par Harvey, il y a recrudescence de cette thérapie mécanique. Ainsi, Andry qui, notant les effets des frictions sur la circulation et la couleur de la peau, à l’idée d’utiliser le massage pour assurer ou maintenir la circulation sanguine.

Vers la même époque, Tissot publie un livre sur l’exercice physique et mentionne les frictions faites avec les mains, une éponge, une nasse, une flanelle ou une lanière de crin. Il est aussi le premier à parler de pétrissage.

Aux 18ème et 19ème siècles, on réalise, que la peau n’est pas seulement une enveloppe mais un organe qui pourrait être traité manuellement. Les armées françaises découvraient les bons effets curatifs des douches-massages d’Aix-les-Bains. Piorry est le premier, en 1818, à faires des recherches sur les effets « physiologiques » du massage. Il note les réactions de la peau et ses constituantes, sur les muscles et les jointures et pour la première fois, mentionne les tapotements.

Per Henrik Ling (1776-1839) est le fondateur de l’école suédoise basée sur la gymnastique et le massage. Cette méthode donne naissance à la kinésithérapie qui se répandra.

Mezger fonde son école en hollande. Il établit ses techniques de massage sur des bases plus physiologiques, ce qui attire le respect des médecins et chirurgiens du temps.

En 1880, c’est Lucas-Championnière qui impose le massage définitivement dans le monde médical en France.

Au 20ème siècle, Hoffman, disciple de Mezger, s’impose quelques années plus tard en Allemagne. Au même moment, on retrouve en Angleterre Mary McMillan, suivie de J.B. Mennell. Ce dernier influencé par les techniques de Lucas-Championnière, a fait un travail fantastique de rééducation durant la guerre 1914-1918.

Beaucoup de recherches sur les effets du massage se poursuivent au début du siècle et chacun y va de son livre sur sa technique personnelle. Cornélius préconise le massage des zones réflexes qu’il appelle « massage de contact ».

En 1910, les manœuvres de Wetterwald, utilisées en France pour le traitement des névralgies et de la cellulite, sont assez semblables à celle de cornélius.

En 1900, Jacquet recommande le massage dans certains troubles cutanés, massage qu’il appellera plus tard « massage plastique ».

Une thérapeute allemande, Elisabeth DICKE, bouleverse les notions déjà établies en développant la technique du massage du tissu conjonctif. Cette technique très spéciale est pratiquée aujourd’hui par ses nombreux adeptes, entre autres KOHLSRAUCH, Dicke nous fait réaliser à quel point l’on savait peu sur les effets du massage.

Source : L’origine historique du massage par Katia YERANIAN (E.S.I.)

DÉFINITION DU MASSAGE-BIEN-ETRE

Le massage est à mon avis un langage non verbal et multidimensionnel, très créatif et très artistique.

Le masseur écoute ses mains, ses mains écoute le corps, il ne donne rien, il partage ce qu’il ressent à ce moment là.

Le masseur pense tout d’abord qui il est, puis s’écoute, écoute son corps, puis incarne le massage.

Le masseur a un niveau de conscience lié aussi à sa façon de recevoir le toucher comme une personne unique et incomparable.

Le masseur a un espace de méditation qui est l’écho de ce qui découle de ses sens.

Le corps humain fatigue souvent et réclame le soutien si son équilibre énergétique dérive.

Finalement, quoi que l’on dise, ou que l’on pense du massage en général, c’est avant tout le savoir être et le savoir faire du masseur, qui fera toute la différence d’un professionnel à l’autre, bien qu’il existe une multitude de techniques de massage dans le monde.

ORIGINE DU TOUCHER

L’origine du toucher remonte à l’apparition de l’Homme sur la terre par le premier geste de la vie que la mère donne à son enfant lors de sa naissance, qui malheureusement se perd de génération en génération.

Le toucher que l’enfant reçoit dès sa naissance est un geste fondamental, qui lui procure, tendresse, affection et sécurité.

TRANSMISSION DU TOUCHER

Il y a malheureusement de nos jours, beaucoup de parents qui ont perdu toute cette notion de transmission par le toucher.

Par conséquent, plusieurs générations d’enfants qui sont devenus des adultes, puis des parents ne savent pas du tout comment faire pour reproduire ce geste de la vie qu’est le toucher, quand bien même ils souhaiteraient l’appliquer de tout cœur à leurs enfants.

C’est aux praticiens de massage en bien-être que revient aujourd’hui, la lourde tâche de remettre ce geste fondamental de la vie sur le devant de la scène, afin de permettre à toutes personnes désireuses d’acquérir l’apprentissage de ce toucher.

Prenez l’exemple d’un bébé, il s’exprime toujours par un pleure car il ne peut parler. La personne qui saura le tenir dans ses bras avec un touché spécial, obtiendra de l’enfant, un retour approprié à la sensation de tendresse, d’affection et de sécurité qu’il a reçu à cet instant précis.

Bon nombre de professionnels de l’enfance « expérimentés », comme les auxiliaires de puériculture, infirmiers, sages femmes et auxiliaires parentaux, sont souvent confrontés à ce type de situation, mais ils agissent chacun avec leur toucher pour calmer l’enfant et aident souvent aussi les parents désemparés.

BUT DU MASSAGE

Le but du massage est de permettre à toutes personnes quelque soit leur âge, sexe, race, religion ou culture, de se détendre du stress de la vie quotidienne, de redécouvrirent leurs corps et les sensations de leur enfance longtemps oubliées.

MASSAGE THÉRAPEUTIQUE

En France, les massages se sont développés au 20ème siècle, exclusivement dans le cadre des soins infirmiers sous le titre « infirmier masseur ».

Ce n’est qu’en avril 1946 qu’est née la profession de masseur-kinésithérapeute, créant alors ses propres critères de compétence. De fait, le massage est resté longtemps assimilé à un acte avant tout médical, pratiqué par une « blouse blanche », idée dont le public a encore du mal à se défaire.

Source : Institut de formation de Joël SAVATOFSKI

Le masseur-kinésithérapeute, dans le langage courant le kiné, agit sur prescription médicale. Il réalise de façon manuelle ou instrumentale des actes destinés à prévenir, rétablir, suppléer l’altération des capacités fonctionnelles de ses patients.

Le masseur-kinésithérapeute assure la rééducation des personnes atteintes de paralysies, de troubles neurologiques, accidentées de la route, du travail ou du sport. Il aide aussi les enfants et adultes souffrant d’affections respiratoires, circulatoires ou rhumatismales à retrouver une fonction motrice normale. Les techniques qu’il utilise sont basées sur le massage et la gymnastique médicale.

A partir du diagnostic d’un médecin et de l’examen des radiographies, il décide du traitement à mettre en pratique : massages, exercices et mouvements pratiqués par le patient sous son contrôle.

Ce travail, réparti sur la durée du traitement, permet de corriger de mauvaises attitudes. L’objectif du masseur-kinésithérapeute est aussi de réduire voire de supprimer la douleur. S’il soigne les affections bénignes telles que les lombalgies ou torticolis, il traite aussi les traumatismes dus aux accidents ou les conséquences du vieillissement. Il palpe, masse, remodèle les muscles avec douceur ou intensément suivant les besoins. Il utilise crèmes et onguents, la chaleur, le froid ou l’électricité. Il donne aussi des conseils au patient afin qu’il puisse s’auto-ré-éduquer et éviter de rencontrer à nouveau les mêmes difficultés.

Il intervient également dans le domaine sportif en cas de traumatisme musculaire, par exemple, (remise en forme, relaxation, massage) et en thalassothérapie (balnéothérapie, hydrothérapie…).

Le mot «massage», selon la loi française, ne peut être utilisé par des professionnels non masseurs-kinésithérapeutes. Dans l’esthétique nous utilisons le terme modelage, afin de définir les seules fins esthétiques et relaxantes.

Source : site web fiche métier

MASSAGES-BIEN-ETRE

Le massage-bien-être s’inscrit d’une part, dans une démarche humaine de prévention et de qualité de vie et d’autre part, dans le service à la personne. Il vise à une meilleure hygiène de vie, à la tranquillité du corps et de l’esprit, à l’équilibre global et à l’épanouissement personnel dans une unité retrouvée.

La difficulté au début, pour les massés, est de lâcher prise car nous rentrons dans leur intimité corporelle. Mais une fois avoir vécu ce moment unique, plusieurs émotions émanent d’eux et remontent à la surface en s’exprimant différemment d’une personne à l’autre, comme des joies, des rires, des peines ou encore des pleurs.

C’est le moment le plus agréable du métier d’un masseur, car il transmet au massé le temps d’une séance, un intense moment de partage, de sensation, d’énergie et de bien-être.

L’ambition première est de permettre à toutes personnes de profiter de cet agréable moment de détente et de sérénité, avec un respect absolu de l’individu pour sa discrétion, sa nudité, ses besoins et ses confidences.

Il existe aussi des massages naturistes ou érotiques, mais qui ne font pas parti de la philosophie de notre Fédération Française de Massages-Bien-être (F.F.M.B.E.).

Cette Fédération œuvre avec détermination, pour structurer les formations, les pratiques et les objectifs des massages-bien-être. L’objectif est d’asseoir une reconnaissance légitime et un meilleur encadrement professionnel de cette activité en France. Depuis plusieurs années, cette fédération se donne les moyens d’être un acteur constructif, garant de la qualité des formations proposées, de la compétence et du sérieux de ses membres, afin d’offrir au Grand Public Usager une information claire, rassurante et déontologique.

Missions de la FFMBE

* La défense du « Grand Public Usager » concernant les techniques de détente, de relaxation, de confort, entendus sous le terme générique de  » Bien-être « . La FFMBE œuvre pour défendre le droit de chacun d’entre nous au bien-être dans la sérénité et en toute sécurité, entre les mains de professionnels.

* La promotion des techniques de Massages-Bien-être, favorise l’épanouissement de la personnalité et des facultés naturelles du « Grand Public Usager », prodiguées par des praticiens de Massages-Bien-être agréés par la FFMBE.

* La défense de la pratique des Massages-Bien-être, à l’exclusion de toute pratique médicale, paramédicale.

* La constitution d’un Registre National des praticiens des Massages-Bien-être, afin de répondre à la demande croissante du public.

* La prise de position ou l’intervention dans des situations mettant en cause un praticien de Massages-Bien-être ou une institution de formation membre de la Fédération.

* Le rapprochement avec des fédérations européennes et internationales ayant pour objectif de développer les Massages-Bien-Être.

* La promotion, la réhabilitation et la reconnaissance des Massages-Bien-être auprès des pouvoirs publics, comme discipline distincte de la masso-kinésithérapie.

* La protection du public contre les incompétences et les dérives dans ce domaine.

Déontologie de la FFMBE

Depuis sa création le 12 Octobre 2004, cette fédération se donne les moyens d’être un acteur constructif, garant de la qualité des formations proposées, de la compétence et du sérieux de ses membres, afin d’offrir au Grand Public Usager une information claire, rassurante et déontologique.

Source : Fédération Française de Massages-Bien-être (FFMBE)

MATÉRIELS ET PRODUITS

Cabine de massages-bien-être sur table

  • Matériels : pièce standard de 15 m², table de massage réglable en hauteur de (L 1,85m x P 80cm), têtière, couverture chauffante, allaise de protection, drap en tissu, grande couverture, petite fouta, grande fouta, demi-lune, coussin rond, tabouret roulant avec dossier,  meuble haut, horloge, coupelle pour les objets du client, cintre, banc, lampe tamisée, diffuseur d’huile essentielle, ceinture avec bidon vide de 100 ML, lavabo, poubelles, vestiaire, douche, panière à linge.
  • Produits : drap en papier, protège têtière en papier, mouchoir en papier, bidon à pompe antiseptique, lingette, huile neutre, huile relaxante, huile tonifiante, huile amincissante, huile essentielle, crème hydratante, poudre.

Cabine de massage bien-être sur futon

  • Matériels : pièce standard de 10 m², futon au sol de (L 2m x P 2m), couverture chauffante, drap en tissu, grande couverture, grande fouta, coussin carré, meuble haut, horloge, coupelle pour les objets du client, cintre, banc, lavabo, poubelles, vestiaire, panière à linge.
  • Produits : mouchoirs en papier, bidon à pompe antiseptique, lingette.

Cabine de massages-bien-être sur chaise

  • Matériels : pièce standard de 10 m², chaise ergonomique réglable, têtière, meuble haut, horloge, coupelle pour les objets du client, cintre, banc, lavabo, poubelle, vestiaire.
  • Produits : protège têtière en papier, mouchoirs en papier, bidon à pompe antiseptique, lingette.

PRÉCAUTIONS ET PRÉVENTIONS

Afin de garantir un soin relaxant de qualité aux clients, il est fortement recommandé par unique souci de prévention, de les sensibiliser aux précautions liées aux massages-bien-être. En cas de doute, les clients doivent obligatoirement consulter leur médecin traitant pour avoir une autorisation médicale. Les précautions sont :

* toutes les pathologies locomotrices qui relèvent de la traumatologie : les luxations des articulations, les fractures, les insuffisances cardiaques graves, respiratoires, rénales et dermatoses généralisées.

* toutes les infections patentes graves aigues : généralisées, localisées.

* les œdèmes : traumatiques, constitutionnels, cardiaques (signe du godet)

* les processus malins, les maladies de système, les infections chroniques virales ou bactériennes.

* les systèmes vasculaires veineux : varices, varicosités.

* les lésions cutanées : eczémas, dermatophyties (teignes), zona.

Source : Anatomie – Ostéologie et Myologie par Marie-Françoise KENNOU (E.S.I.)

DÉROULEMENT D’UNE SÉANCE

Santé & Bien-être du client

A chaque rendez-vous, le praticien pose toujours des questions au client concernant sa santé. Sa réponse doit être sincère dans l’intérêt de tous, car cela permet d’avoir une précaution et éventuellement, éviter l’exécution de la prestation du jour. Cette prévention est nécessaire afin de lui permettre de profiter au maximum de sa prestation de massages-bien-être en toute sécurité et sérénité.

La séance

La séance standard d’une heure de massages-bien-être sur table à l’huile, soit soixante minutes, est généralement répartie en trois phases :

1/ Au début, cinq minutes sont réservées pour l’accueil du client, avec une présentation rapide de la cabine ou de l’espace, une explication brève du protocole de massages-bien-être qu’il a choisi, le choix de l’huile, quelques questions rapides sur son état du jour et la façon de se placer sur la table.

Le client à le choix, soit, de rester avec ses sous-vêtements ou emmener son maillot de bain, deux pièces pour les femmes et slip de bain pour les hommes (ni boxer et ni bermuda, qui par leur forme ne sont pas pratique pour bénéficier d’un massage complet du corps)

Un spa met toujours aussi à disposition de ses clients qui le souhaitent, des sous-vêtements offerts, à usage unique et jetable (slip pour les femmes et les hommes)

Une fois prêt, le client s’allonge selon les indications du praticien et se recouvre d’un drap mis à sa disposition au pied de la table.

2/  Ensuite le praticien, demande au client s’il est prêt et installer, et si c’est le cas, rentre dans la pièce, vérifie bien l’installation du client, met les coussins éventuels adaptés au massages-bien-être choisi et commence immédiatement la prestation qui va durée cinquante minutes tout en préservant l’intimité du client par un drap qui couvre tout son corps, à l’exception de la partie massée.

3/ Au final, cinq minutes sont réservées pour annoncer au client la fin du massage, lui remettre des lingettes pour essuyer l’huile sur ses pieds, lui conseiller de boire un verre d’eau, un jus de fruits ou un thé, le remercier, puis le laisser se rhabiller tranquillement.

Le Conseil Icijomass

Icijomass conseil aux clients qui le souhaitent, de s’essuyer uniquement pour garder les effets de l’huile de massage durant toute une nuit et sans prendre de douche, afin de bénéficier de leurs merveilleuses propriétés sur la peau, à savoir : Adoucie, hydrate, nourrie, protège et parfume.

Les commentaires sont fermés.